• verlaine

    La Belle au Bois dormait...

    La Belle au Bois dormait. Cendrillon sommeillait.
    Madame Barbe-bleue ? elle attendait ses frères ;
    Et le petit Poucet, loin de l'ogre si laid,
    Se reposait sur l'herbe en chantant des prières.

    L'Oiseau couleur-du-temps planait dans l'air léger
    Qui caresse la feuille au sommet des bocages
    Très nombreux, tout petits, et rêvant d'ombrager
    Semaille, fenaison, et les autres ouvrages.

    Les fleurs des champs, les fleurs innombrables des champs,
    Plus belles qu'un jardin où l'Homme a mis ses tailles,
    Ses coupes et son goût à lui, - les fleurs des gens ! -
    Flottaient comme un tissu très fin dans l'or des pailles,

    Et, fleurant simple, ôtaient au vent sa crudité,
    Au vent fort, mais alors atténué, de l'heure
    Où l'après-midi va mourir. Et la bonté
    Du paysage au coeur disait : Meurs ou demeure !

    Les blés encore verts, les seigles déjà blonds
    Accueillaient l'hirondelle en leur flot pacifique.
    Un tas de voix d'oiseaux criait vers les sillons
    Si doucement qu'il ne faut pas d'autre musique...

    Peau d'Ane rentre. On bat la retraite - écoutez ! -
    Dans les Etats voisins de Riquet-à-la-Houppe,
    Et nous joignons l'auberge, enchantés, esquintés,
    Le bon coin où se coupe et se trempe la soupe !

    PAUL VERLAINE


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :